■ 1910 Regeliocyclus Irises

Revue horticole, serié 4, vol. 82: p. 428 (1910)

Translation below

LES IRIS REGELIOCYCLUS Le groupe des Oncocyclus est considéré comme renfermant les plus belles espèces d’iris. La grandeur exceptionnelle des fleurs, leurs coloris si variés et de nuances spéciales les ont fait rechercher au fur et à mesure de leur introduction. Mais ! hélas, que de déceptions! Sauf pour quelques espèces, comme les Iris susiana et iberica, la disparition suivait de près la mise en culture. Cette culture est maintenant bien mieux connue, mais, du moins en France, on peut dire que le succès n’a jamais été que relatif. C’est pour cette raison qu’on a cherché à hybrider les Oncocyclus avec les groupes voisins, dans l’espoir d’obtenir des plantes plus rustiques.

Le groupe qui a le plus d'affinités est celui des Regelia. Les espèces qu’il renferme sont de culture relativement facile; les fleurs sont de dimensions moyennes, mais la floraison est assez longue. Le scape, qui ne porte qu’une, flmir dans tous les Oncocyclus, en a deux dans les Regelia, l’une succédant à l’autre dès qu’elle est fanée.

C'est le regretté Sir Michael Foster qui, le premier, a hybridé entre eux les Oncocyclus et les Regelia. Il commença ses essais il y a une quinzaine d’années. Il obtint : Korib {Korolkowi-iberica). Parkor {paradoxa-Korolkowi). Korparib ( Korolkowi -paradoxa-iberica ) .

Ces premiers Regeliocyclus,sans, valoir ceux qui les ont suivis, sont cependant réellement méritants. Ils ont conservé des Regelia la rus- ticité et les scapes biflores, en prenant aux Oncocyclus une partie de leur superbe coloris. La maison Van Tubergen, de Haarlem, à qui l’on doit l’obtention des meilleurs Oncocyclus et Regelia, continua les essais de Sir M. Foster et c’est elle qui a obtenu les hybrides actuellement au commerce. Ces gains ne sont pas arrivés sans jieine ; la germination des Régélias et de leurs hybrides est articulièrement capricieuse et je possède une lettre de Sir M. Foster, datée de novembre 1906, dans laquelle il m’annonce qu’il vient d’avoir la germination d’un Iris semé en 1888, dix-huit ans auparavant. Il ne faut donc pas s’étonner si le prix de ces hybrides est un peu élevé quand ils sont mis au commerce pour la première fois.

Les Regeliocyclus fleurissent de bonne heure, en mars-avril, sous le climat du Languedoc et de la Provence. Quand les plantes ont été bien cultivées, elles sont très florifères. Les fleurs sont délicatement veinées de brun et de pourpre sur un fond plus clair, blanc, lilas ou brun. Une large macule, presque noire, sur les segments externes, rappelle celle des Oncocyclus. Les variétés les plus remarquables sont : Caron (I. Korolkowi venosa X atropurprirea), dont le fond est couleur acajou veiné de brun.

Artémis, fond pourpre lilas, veiné de pourpre foncé avec de nombreuses petites taches couleur prune. Il est intéressant de constater que cette plante provient de l’hybridation de Iris Korolkoii'i concolor, qui est peut-être le Regelia le moins vigoureux, par Oncocyclus Mariae, le moins florifère des Oncocyclus. Artémis, au contraire, est vigoureux, et j’ai compté cette année vingt-deux fleurs sur une seule plante.

Isis (I. Korolkowi violaceae X l. susiana), rose violacé veiné de pourpre, à segments externes acajou veinés de brun foncé. Sirona est issu d’un croisement de l’I. Korolkowi, var. Leichtliniana, par Oncocyclus paradoxa. Il est remarquable par ses segments externes à fond gris avec macule d’un noir velouté.

Persephone Korolkowi concolor X l. iberica Houttei) se rapproche d'Artemis, mais les fleurs sont plus grandes, le fond est grisâtre veiné de bleu pourpré.

Dans les variétés récentes, non encore au commerce, deux surtout sont remarquables: Isolda (I. Korolkowi venosa X I. atropurpurea) ei Luna (I. Korolkowi violacea X l. susiana), toutes les deux obtenues par la maison Van Tubergen.

Jusqu’à présent on n’a pas obtenu de Regeliocyclus à fond Jaune. Des hybridations avec Oncocyclus urmiensis, qui est jaune et la seule espèce odorante du groupe, arriveront tût ou tard à combler cette lacune. La difficulté, c’est que I. urmiensis, chez moi du moins, fleurit quand les Regelia sont passés.

Dans la culture des Regeliocyclux, trois points surtout sont importants : 1 " Lumière et chaleur; 2" Sol assez riche en calcaire ; 3° Repos absolu dès le début de l’arrêt de la végétation.

Les Regeliocyclus doivent être placés dans la partie la plus chaude et la plus ensoleillée du jardin, au pied d’un mur, au midi, par exemple. Le sol doit contenir au moins 30 0/0 de calcaire ; s’il en avait moins, il est nécessaire d’en ajouter, soit sous forme de marne, soit par du vieux mortier de démolition broyé assez finement et bien mélangé à la terre. Peu de temps après la floraison, les feuilles commencent à jaunir, c’est l’indice du repos. Il faut alors suspendre complètement les arrosages. Dans le raidi de la France, les plantes peuvent être laissées sur place au moins trois à quatre ans. Dans les pays plus humides en été, dès que les feuilles sont sèches, on retire les rhizomes et on les fait sécher à l’ombre, ün les tient ensuite dans le sable sec jusqu’à la replantation, qui a lieu vers mi-octobre. Tenir les rhizomes de façon à ce qu’ils soient recouverts seulement de 4 à 5 centimètres de terre.

Lorsque les Regeliocyclux sont cultivés à l’état permanent en pleine terre, ils se mettent de bonne heure en végétation et parfois les extrémités des feuilles sont brûlées par le froid ; il n’y a pas lieu de s’en alarmer, la floraison n’en soutfre pas.

Il peut aussi survenir de fortes pluies pendant la période du repos. Pour en atténuer l’effet, je cultive dans un sol argilocalcaire et je donne à la plate-bande un peu d'inclinaison pour que l’eau s’écoule avant d'avoir trop imbibé la terre.

J’ai reçu en 1904 une dizaine de Regeliocyclus de Sir M. Foster, et depuis 1907 je cultive la collection des variétés obtenues par la maison Van Tubergen ; je n’ai encore perdu aucune plante et j’ai pu les multiplier presque toutes. Elles sont donc rustiques, au moins sous notre climat.

J’ajoute que certaines variétés très vigoureuses d’iris Regeliocyclux, comme Thetis et Artemis, donnent une seconde floraison, suivant d’un mois la première.

F. Denis. Balarue-les-Bains (Hérault).
=====================================================================================================

TRANSLATION

THE REGELIOCYCLUS IRIS

The Oncocyclus group is considered as containing the most beautiful species of iris. The exceptional size of the flowers, their colour so varied and special shades made search as their introduction. But! Alas, that disappointment! Except for a few species, such as the Iris susiana and iberica, the disappearance was closely following cultivation. This culture is now much better known, but, at least in France, we can say that the success has never been that relative.. For this reason, that sought to hybridize the Oncocyclus with neighboring groups, hoping to obtain the hardier plants.

The group that has the most affinity is the Regelia. The species it contains are relatively easy culture; the flowers are medium-sized, but flowering is quite long. Scape, which bears only one, flower in all Oncocyclus, has two in Regelia, one succeeding the other once it is finished.

It is the late Sir Michael Foster, who was the first hybridized between them the Oncocyclus and Regelia the. He began his essays about fifteen years ago. He obtained: Korib {(Korolkowi-iberica).} Parkor {(paradoxa-Korolkowi).} Korparib (Korolkowi - paradoxa-iberica).

However, these first Regeliocyclus, sans, argue those who followed them, are actually deserving. They have retained the Regelia the rusticity and two-flowered scapes, and encorporaeted the Oncocyclus part of their superb colour. The House Van Tubergen, Haarlem, which it needs to obtain the best Oncocyclus and Regelia, continued testing of Sir M. Foster and it is she who got hybrids currently in the trade. These gains have not come without jieine; the germination of the Regelias and their hybrids is capricious valued and I own a letter of Sir M. Foster, November 1906, informs me that it comes to have the germination of an Iris planted in 1888, eighteen years earlier. Do not be surprised if the price of these hybrids is a bit high when they are set to trade for the first time.

The Regeliocyclus bloom early, in March-April, under the climate of Languedoc and Provence. When plants were well cultivated, they are very floriferous. The flowers are delicately veined with Brown and purple on a clear, white, lilac or brown background. A large macule, almost black, on the outer segments, reminiscent of the Oncocyclus. The most notable varieties are: Caron (I. Korolkowi venosa. X atropurpurea), whose ground color is mahogany color veined Brown.

Artemis, bottom purple lilac, veined purple dark with many small tasks plum color. It is interesting to note that this plant comes from the hybridization of Iris Korolkowi concolor, which is perhaps the less vigorous Regelia by Oncocyclus Mariae, the Oncocyclus less flowering. Artemis, on the contrary, is strong, and I counted this year twenty-two flowers on a single plant.

ISIS (I. Korolkowi violaceae X l. susiana), veined purple pink, purple, dark brown veins mahogany outer segments. Sirona is a cross of the I. Korolkowi, var. Leichtliniana by Oncocyclus paradoxa. It is remarkable by its bottom grey outer segments with a velvety black macule

Persephone Korolkowi concolor X l. iberica Houttei) is closer to Artemis, but the flowers are larger, the background is grayish blue purple veined.

In the recent, not yet trade varieties, two are especially noteworthy: Isolda (I. Korolkowi venosa X I. atropurpurea) ei Luna (I. Korolkowi violacea X l. susiana), both obtained by the House Van Tubergen.

So far it has failed to obtain Regeliocyclus with a yellow background. Hybridization with Oncocyclus urmiensis, which is yellow and the only fragrant species of the group, will arrive sooner or later to address this gap. The difficulty is that I. urmiensis, for me at least, blossoms when the Regelia are passed.

In the culture of the Regeliocyclux, three points above all are important: 1 "light and heat;" 2 "pretty rich in limestone soil;" 3 ° absolute rest early in the judgment of the vegetation.

The Regeliocyclus must be placed in the part the hottest and sunniest of the garden, at the foot of a wall, at noon, for example. The soil must contain at least 30 0/0 limestone; If it was less, it is necessary to add, either in the form of marne, or by old mortar of demolition rather finely crushed and blended Earth. Shortly after flowering, the leaves begin to turn yellow, it is the indication of the rest. You must completely suspend watering. In stiffened from the France, the plants can be left on-site at least three to four years. In the wettest country in summer, as soon as the leaves are dried, removing the rhizomes and made dry in the shade, one then holds them in dry sand up to replant, which takes place around mid-October. Keep the rhizomes of so that they are covered only by 4 to 5 centimetres of soil.

When the Regeliocyclux are grown steady-state in the ground, they begin early in vegetation and sometimes the ends of the leaves are burned by the cold. There is no cause for alarm in, flowering suffers not.

It can also occur from heavy rains during the period of rest. To mitigate the effect, I grow in a soil argilocalcaire and I give to the flowerbed a few tilt so that the water drains before having too soaked Earth.

I received in 1904 a dozen of Regeliocyclus of Sir M. Foster, and since 1907 I cultivate varieties produced by the House Van Tubergen collection; I've still lost no plant and I have multiplied almost all of them. They are so hardy, at least in our climate.

I would add that some very vigorous varieties of iris Regeliocyclus, as Thetis and Artemis, give a second flowering, following the first one month. F. Denis. Balarue-les-Bains (Hérault).

For more information on historic Irises visit the Historic Iris Preservation Society at
http://www.historiciris.org/

-- BobPries - 2016-07-15
Topic revision: r1 - 15 Jul 2016, BobPries
This site is powered by FoswikiCopyright © by the contributing authors. All material on this collaboration platform is the property of the contributing authors.
Ideas, requests, problems regarding Iris Wiki? Send feedback